doron_music | Saint-Saëns – Concertos N°2 & N° 5
285
portfolio_page-template-default,single,single-portfolio_page,postid-285,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-12.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.2,vc_responsive

Saint-Saëns – Concertos N°2 & N° 5

drc-3065-face

UTmisol

Muza Ru­ba­ckyte, piano

Li­thua­nian Na­tio­nal Phil­har­mo­nic
Hanns-Mar­tin Schneidt et Alan Pâ­ris, di­rec­tion

Dé­ci­dé­ment, la vir­tuo­sité convient bien à Muza Ru­ba­ckyté, ses Liszt sont exem­plaires, sa lec­ture de Saint-Saëns l’est tout au­tant. Notre pia­niste semble en sym­biose avec ces pages post ro­man­tiques.

Le Concerto №2 s’ouvre par une in­tro­duc­tion ample, vaste. Les in­ter­prètes dé­gagent même un vé­ri­table souffle épique. Leur vi­sion est ani­mée, pas­sion­née, pro­fonde. Le Presto a l’al­lure d’une course pour­suite est gran­diose.

L’Egyp­tien s’ouvre par un vrai dia­logue même si la pia­niste semble me­ner la danse. Les mo­ments apai­sés de l’An­dante dé­gagent des am­biances orien­tales qui ne sont pas sans évo­quer les pein­tures d’un Gé­rôme. Le concerto s’achève en apo­théose.

Muza Ru­ba­ckyté est ici quasi im­pé­riale comme si ces par­ti­tions avaient été écrites pour elle. Le Phil­har­mo­nique de Li­tua­nie par­fait di­rigé par H. M. Schneidt et A. Pâ­ris lui donne la ré­plique avec fougue et pré­ci­sion.

Marc La­borde

1 CD Do­ron
Tous droits réservés.